Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Blog

En BI, y'a-t-il du Cloud pour tout le monde ?

 

Aujourd'hui c'est le logiciel qui incarne la commodité. Le logiciel libre et l'open source constituent les éléments déclencheur ou catalyseur de cette nouvelle transformation du marché.

 

Au début d'Altic, il y a presque 10 ans, la plupart des éditeurs en avaient après les défenseurs du logiciel libre. C'est tout l'inverse maintenant ! Les plus grands éditeurs sont les premiers contributeurs des solutions ouvertes. Merci à tous ceux qui y ont cru et qui ont permis toutes ces avancées. Il y a encore des batailles à mener.

 

Quoi qu'il en soit, le logiciel libre et l'open source avaient déjà laissé entrevoir que le marché de l'informatique se dirigeait à grands pas vers le service. Ce changement avait bien été anticipé par Bernard LANG, alors directeur de recherche à l'INRIA, qui s'est toujours battu pour le logiciel libre avec l'espoir de voir le service se développer sur le territoire français, évitant de fait que les sommes laissées pour les licences ne partent à l'étranger. Il est vrai que nous n'avons pas de grands de champions français dans le domaine du logiciel. Et même BO a fini par être allemand après avoir été américain !

 

Le service qui avait trouvé ce tremplin du logiciel libre s'affirme et s'affirmera définitivement comme le poids lourd du secteur informatique grâce au cloud computing. L'ensemble des organes influentes de l'informatique sont unanime à reconnaître que le cloud computing, ou l'informatique dans les nuages, a déjà commencé à apporter ces bouleversements. Peu d'entre elles émettent des réserves quant à l'impact qu'il a sur l'approche dont les DSI doivent désormais faire preuve dans l'urbanisation de leur système d'information.

 

Maintenant que nous avons pris la mesure du cloud computing, de cette transformation du marché de l'informatique où le service est désormais le centre, concentrons nous sur le décisionnel dans les nuages.

 

Les éditeurs open source JasperSoft, Pentaho, SpagoBI modifient à leur tours leur domaine en offrant des solutions qui transforment les suites décisionnelles en commodités ! En effet, leur robustesse, leur architecture ouverte, leur marge d'évolution facilitent leur implémentation au sein d'une gamme large de types d'entreprises. Toutefois, qui dit BI dit grand volume. Et il est vrai que les grands comptes, quand bien même ils choisissent ces acteurs, logent leur données des bases propriétaires ! Sur ce terrain, il restent encore du chemin à parcourir ! Je regrette qu'en France nous n'ayons toujours pas entendu parlé de succès de Greenplum.

 

Le stockage est l'un des sujets qui fâcherait dans l'adoption du cloud computing pour ce qui est de la BI.

 

Il est complètement envisageable qu'une PME, ou une grande PME puisse se diriger vers des solutions en SASS, ou PASS. Cependant, les grands compte n'emboiterons pas le pas de si tôt ! La raison est assez simple. Qui dit BI, dit historique. Et il apparaît peu évident de passer au cloud en gaspillant sa bande passante et y faire transiter l'ensemble de ses volumineuses données acquises durant de longues années ! En tout cas c'est le point de vue de Wayne KERNOCHAN, qui est fort juste ! Bien sûr ces grands comptes pourront avoir leur cloud privé proche du cœur de leur système d'information : ce qui faciliterait le transfert de leur énorme quantité données.

 

L'innovation et notamment celle de l'open source se renouvelle sans cesse. Sans doute que le cloud computing du stockage des données n'a pas joué toutes ses cartes. Pourquoi est-ce que les données devraient-elles forcément rejoindre un centre ou un hyper centre où tous les calculs seraient opérés ? La fondation Apache nous a déjà placé le projet Hadoop parmi ses projets prioritaires ! Pour rappel, Hadoop, permet le stockage et le calcul distribués sur de larges, voire de très larges volumes de données. Et bien sûr Hadoop s'inscrit complètement dans le cloud computing. Sauf que dans le cas d'Hadoop les processus de calcul tournent sur des serveurs qui sont situés sur le même réseau local (géographiquement très, très proche) !

 

Cette proximité obligatoire pour calculer dans cette entropie de données n'apparaît plus trop comme une contrainte. Ce mois-ci la fondation Apache a mis à disposition le projet OODT, Object Oriented Data Technology. Parmi les objectifs visés par celui-ci il y a la possibilité de lancer des calculs sur de large volume d'information depuis une architecture de machines distribuées et géographiquement éloignées. Bien que cette solution soit déjà disponible, il faudra un peu de temps avant de savoir bien les utiliser et les déployer à même des systèmes d'information d'entreprise.

 

Le cloud computing transformera l'approche que l'on se fait de l'informatique. Et le décisionnel sera bel et bien impacté, même chez les grands comptes ! Les solutions open source sont prêtes, cloud ou pas !

 

liens

http://www.focus.com/briefs/information-technology/enterprise-vs-open-source-vs-saas-bi-some-thoughts/

http://www.infoq.com/news/2011/02/GameChanger

http://www.infoq.com/news/2011/02/oodt-apache

Tags: SpagoBI

Rechercher sur le blog