Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Dataviz & Open Data

Utiliser les données ouvertes (Open Data)

Altic s'intéresse à l'ouverture des données depuis sa création en 2004. Nous pensons que l'informatique décisionnelle en France avancera lorsque l'entreprise pourra se comparer à autre chose que ses propres chiffres. Nous avions appelé cela "partager pour mieux se comparer".

Open Data, Big Data, Dataviz : ces nouvelles technologies sont pour nous l'avenir des projets décisionnels. Une alternative qui propose de sortir du passéisme des projets BI pour scruter les tendances, se comparer au marché, faire de la prospective. Or ce travail est impossible lorsqu'on analyse uniquement les données directement produites par son propre système d'information.


Assistez à quelques évènements sur le sujet de l'Open Data (données ouvertes), vous verrez qu'une question revient inlassablement: que faire de ces données?

Souvent les réponses restent  vagues. "C'est un vecteur d'innovation et un levier de création de valeur" pour les plus optimistes, tandis que les pessimistes répondent que "les données ouvertes à ce jour n'ont qu'un intérêt anecdotique".

Sur ce débat, l'article de Daniel Kaplan sur http://www.internetactu.net "L'ouverture des données publiques, et après", qui date de 2010 reste cependant très pertinent ! Il récapitule les enjeux et les écueils  de cette démarche.

Là où l'on peut s'inquiéter, c'est qu'en 2012 le discours ne se soit que très peu enrichi. Tout le monde s'accorde pour dire que la donnée ouverte représente une grande valeur pour la société, mais chacun tâtonne pour trouver la clé de cette mine d'or. Si l'on devait placer l'Open Data sur le Hype Cycle du Gartner, le phénomène serait sûrement au « sommet des attentes exagérées ».

 Ceux qui investissent aujourd’hui seront les acteurs de l’Open Data demain !

En filigrane de cette problématique se pose bien sûr une autre question : qui doit payer pour la libération des données ? Les technologies qui le permettent ont un coût non négligeable. Souvent d'ailleurs les producteurs de données ne sont pas équipés de ces technologies pour leur propre travail interne. Question d'autant plus épineuse que la chaîne est longue. Il y a les producteurs (voir cartes d'ouvertures des données publiques en France sur Libertic ), les intermédiaires (etalab/data.gouv.fr, DataPublica, opendatasoft), les ré-utilisateurs, les consommateurs, les consom'acteurs (regards citoyens, nos députés, …).

Parmi les interrogations qu'on peut relever en tendant l'oreille :

  • Comment vais-je financer localement une plateforme qui pourra être utilisée nationalement ?
  • Est-ce qu'il  faut ouvrir gratuitement des données aux ré-utilisateurs qui eux vont la revendre aux citoyens ?
  • Le citoyen a déjà financé ces données, pourquoi devrait-il payer une deuxième fois pour leur mise à disposition ?
  • Si nous n'agissons pas maintenant, ne courre-t-on pas le risque que des organismes privés acquiert le monopole de fait de la diffusion des données ouvertes ?

Etc…

Autant de questions qui pointent du doigt le problème de l'appropriation des données publiques. Qui en sera le maître ? Qui en contrôlera la diffusion, la représentation etc ? Il y a fort à parier que ceux qui investissent aujourd'hui seront les acteurs de l'Open Data de demain.

 Partager pour mieux se comparer

Altic s'intéresse à la question depuis sa création en 2004. Nous pensons que l'informatique décisionnelle en France avancera lorsque l'entreprise pourra se comparer à autre chose que ses propres chiffres. Nous avions appelé cela "partager pour mieux se comparer".
 
Depuis 3 ans, nous suivons les grands mouvements du Big Data, de l'Open Data, de la Dataviz. Nous avons d'ailleurs participé voire parrainé plusieurs événements : OpenData Camp, CrunchMyData Camp, Visual Decision Forum'11, Think Tank Dataviz, participation d'OpenStreetMap au Coter Club, et d'autres à venir !
 

Ces nouvelles technologies, ces nouvelles manières d'appréhender la donnée, sont pour nous l'avenir des projets décisionnels. Une alternative qui propose de sortir du passéisme des projets BI pour scruter les tendances, se comparer au marché, faire de la prospective. Or ce travail est impossible lorsqu'on analyse uniquement les données directement produites par son propre système d'information. Transformer la donnée en connaissance et en capacité de décision demande :

  • De la contextualiser : pour qu'une donnée ait une vraie valeur il faut lui donner un contexte, permettre de la qualifier. Plus on ajoute de données contextuelles et plus la connaissance générée peut devenir riche. Mettre ses résultats en perspective de la conjoncture grâce à des données ouvertes par exemple :

"10%" est une donnée," on a fait 10% de nos ventes par internet "est une information, "on a fait 10% de nos ventes par internet quand la majorité des entreprises y font 18% de leur chiffre" est une information qui peut générer de la connaissance et des prises de décisions.

  • De la représenter : optimiser les formats de visualisation pour les rendre plus parlant à l'utilisateur final, lui permettre d'appréhender une information en un coup d'œil et ainsi gagner en réactivité. Sans pour autant sacrifier la rigueur et la justesse de l'information à sa beauté.
  • De la partager à nouveau : l'Open Data ne devrait pas concerner uniquement les pouvoirs publics. Chacun entreprise ou particulier, possède des données qu'il gagnerait à partager.

A lire : le livre blanc BVA "Open Data quels enjeux et opportunités pour l'entreprise ? " apporte quelques éléments concernant les attentes des entreprises au sujet de l'Open Data.

 OpenData, Dataviz, Big Data : pour sortir d’une vision passéiste du décisionnel !
 
Pour entrer dans le concret, Altic travaille durant le 1er semestre 2012 à utiliser la donnée publique et fournir des exemples et des retours d'expérience.  Pour cela :

  • Nous publierons chaque mois des visualisations créées avec des données publiques grâce à l'outil Tableau Public
  • Nous travaillons actuellement avec des étudiants de l'EISTI sur un  module Open Data pour les projets BI en Open Source : préparer la donnée pour la croiser à celle de mon système d'information. Nous publierons ce projet sur nos démos en ligne.
  • Nous continuons notre étude d'Hadoop et des connecteurs Big Data

Notre volonté est d'investir dans ces technologies et ces méthodologies pour fournir aux entreprises des outils adaptés :

  • Afin de comparer leur activité à celle du marché
  • Afin de présenter ces informations, en interne ou à ses clients, à des fins de prises de décisions.

Voir nos visualisations
Voir nos démos